omsjc.MAG

Dorando Pietri, le marathonien (Association France Italie)

Parmi toutes les épreuves d’athlétisme des Jeux Olympiques, il y en une qui a un nom particulier: le marathon. Avant de devenir un nom commun, Marathon était un nom propre. En effet c’était le nom d’une bourgade grèque à une quarantaine de kilomètres d’Athènes.

Il y a 2511 ans, les Perses s’apprétaient à envahir la Grèce. Dans un ultime effort de défense pour arrêter l’envahisseur, c’est près de Marathon que l’armée athénienne affronta les forces perses. A la fin du combat, le messager Philippidès, courut à Athènes. A son arrivée, épuisé après plus de 40 km, il s’effondra en criant « nénikamen »,qui veut dire en grec ancien « nous avons gagné ».

En souvenir de cet exploit, le marathon de 42,195 km fait partie des courses des Jeux Olympiques modernes.
La France, avec Michel Théato en 1900, Boughéra El Ouafi en 1928 et Alain Mimoun en 1956 l’a gagné 3 fois. L’Italie, avec Gelindo Bordin en 1988 et Stefano Baldini en 2004 ne l’a gagné que deux fois, mais aurait pu le gagner aussi trois fois, si ….

Tout commence avec des hurlements :
Help him ! help him !
Aiutatelo ! aiutatelo ! Aidez le ! aidez le !

Crient les 90 000 spectateurs du stade de White City de Londres. Car à la surprise générale, le jour du marathon, un petit italien inconnu, un certain Dorando Pietri entre en tête dans le stade d’arrivée.

Mais à 200 mètres de l’arrivée c’est la catastrophe, comme Philippidès deux millénaires plus tôt, il s’écroule de fatigue.
Difficilement il se relève et repart.

4 fois de suite, il s’écroule et 4 fois de suite, il repart.
La foule crie de plus en plus fort :

Help him ! help him !
Aiutatelo ! aiutatelo ! Aidez le ! aidez le !
Et il retombe une 5ème fois.

Alors un officiel se précipite et l’aide à passer la ligne d’arrivée en vainqueur.

Malheureusement Dorando Pietri sera disqualifié pour avoir été aidé.

En ce 24 juillet 1908 sa légende commence.
La foule hurle sa désapprobation. Dans la plus grande confusion, des compétions sont retardées, voire annulées. Mais rien n’y fera, Dorando Piétri est disqualifié.

Lors du protocole officiel des remises des médailles aux vainqueurs des Jeux, Dorando Piétri se présente au stade et fait un tour d’honneur. La foule lui fait une véritable ovation.

Alors qu’à cette époque ni la radio, ni la télévision, ni même les réseaux sociaux n’existent, son histoire fait le tour du monde. Il devient célèbre, tellement célèbre que la reine d’Angleterre, pour le récompenser, lui remet officiellement une coupe en argent.

Dorando Pietri ne sera jamais champion olympique, mais s’il l’avait été, en aurions nous parlé aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *